Par

Sooo bio-tiful

Vous l’aurez compris, Run2meet se met au goût du jour et aborde la grande question de la tendance bio. Car le moins qu’on puisse dire, c’est que ce concept fait aujourd’hui partie intégrante de notre société : alimentation, cosmétique, mode, décoration d’intérieur…

Ruée vers le bio

Qui n’a pas la super copine engagée qui enchaîne les salons et les ateliers bio, collectionne les labels bio dans son frigo et ses placards de salle de bain et pousse un magnifique :

Sooo bio-tiful Run2meet

quand vous abordez la question fatidique du régime alimentaire ? On peut le dire, la bio-attitude a le vent en poupe et notre entrée dans cette ère nouvelle n’est plus à débattre.

Alors, le bio : effet de mode ou réelle prise de conscience ?

Mangez responsable, bougez responsable, la nature vous le rendra… Et puis, n’est-elle pas après tout notre plus beau complexe sportif ?

Bio ? Logique !

Dans un premier temps, il serait judicieux de démêler le vrai du faux… ou le bio du chimique. Petite piqûre de rappel donc : ce qu’on qualifie de « bio » s’oppose à tout recours à des substances non-naturelles retrouvées en nombre dans les produits issus de l’agriculture conventionnelle : OGM, aluminium, zinc, mercure, matières grasses végétales à base d’acide palmitique, graisses végétales hydrogénées, ammoniac… un balai d’heureuses réjouissances !
Le bio, c’est aussi l‘engagement d’une certaine façon de produire sur toute la ligne, ou devrions-nous dire, de la fourche à l’assiette : de la production des matières premières aux étapes de préparation et de transformation, du stockage au conditionnement en passant par le transport.

Sooo bio-tiful

Envie d’un retour aux sources, armement massif contre le spectre de la malbouffe, mise en place de nouvelles habitudes de consommation et donc d’un nouveau mode de vie, ça ressemble plus à une tendance structurelle, non ? De quoi tordre le cou à l’idée reçue d’une simple lubie passagère. Et les chiffres sont là pour en attester : la filière du bio, c’est 1,6 milliards d’euros en croissance de 10% depuis 1990. Une tendance qui s’étend sacrément dans le temps et semble porter ses fruits sur le long cours. Et l’aptitude à l’endurance, on aime ça chez Run2meet !

Êtes-vous un bio sportif ?

Parlons peu, parlons bien : un panier bio du sportif, ça se tient comme concept ? Il faut croire qu’un certain nombre d’arguments feraient ployer la réponse vers un oui affirmatif. Pourquoi ? Réponse en quelques points.
Des aliments bio sont des aliments non traités : pas d‘engrais push-up, juste gorgés de soleil et de maturité. On parle d’aliments vivants (versus les aliments morts, vous l’aurez compris). À poids égal avec des produits transformés, ils contiennent moins d’eau et davantage de matières sèches, en d’autres termes, plus de vitamines, plus de minéraux. Ayant conservé tous leurs bienfaits naturels, ceux-ci sont mieux assimilés par notre organisme… et qui dit bonne assimilation dit bonne libération d’énergie, donc meilleures performances physiques ! On dirait bien que c’est tout bénef’ de jouer la carte du bio pour les sportifs, pas vrai ?

Et en poussant plus loin, les bénéfices sont multiples : car en soutenant une agriculture biologique, vous œuvrez pour moins de rejets toxiques dans l’air… et kicéki le respire à pleins poumons l’air ? Eh bien oui, vous l’avez compris, le sportif plus que les autres. Les médecins du sport seront les premiers à vous le dire : plus l’air est pollué, moins le sport est efficace. Car en vous exposant à un ozone de mauvaise qualité, vous réduisez vos capacités pulmonaires, vos performances sportives, et à plus long terme votre état général de santé. Mais l’inverse est également vrai : plus l’environnement dans lequel vous vous dépensez est sain, plus vous faites le plein de particules oxygénantes et boostantes, et plus votre santé vous dira merci ! Chaussez vos baskets pour le meilleur… non pour le pire !

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

wpDiscuz