Par

L’amour, à l’état chimique

« Etat chimique…? Comment ça ? » Non ! Ne partez pas ! Vous n’êtes plus avec Madame Pignon, votre prof de chimie. Et on ne parlera pas non plus de tubes à essai et distillation… Juré.

Il y a peu, on évoquait l’attirance physique et amoureuse par les phéromones, ici.

Car oui, tout ce qui se passe dans votre corps, les informations, tout ça, ce ne sont que des petites molécules qui papotent avec d’autres petites molécules de votre exceptionnelle cervelle. Donc quand vous avez faim, c’est l’estomac qui va balancer ses meilleurs agents Chronopost jusqu’en haut. Donc finalement, quand vous avez envie de faire l’amour, quand vous aimez ou quand vous êtes heureux, c’est exactement le même schéma. Voyez ?

Posez vos yeux là dessus quelques minutes, Run2meet se charge du rôle Madame Pignon, sans la blouse et en légèrement plus fun.

La sérotonine ou la bonne humeur

Oui, ça doit vous dire quelque chose…
La sérotonine est ce qu’on appelle un neurotransmetteur, un composé chimique (tiens donc) libéré par les neurones. Elle tient également le petit rôle d’hormone.
A quoi sert-elle ? Vous faire un dessin n’étant pas possible, faisons donc un tour dans votre propre histoire. Admettons qu’un jour, il vous est arrivé de faire l’amour avec quelqu’un d’un minimum doué. Bon. Une fois que vous avez atteint le fameux 35e ciel, vous voici particulièrement apaisé(e), un peu comme dans une sorte de flottement engourdi. Voilà ce que procure la sérotonine : elle rend calme, serein et optimiste ! Oui optimiste. Vous allez pas nous dire qu’après un orgasme, vous avez envie de cramer la planète entière ? Si c’est le cas, c’est ce qu’on appelle la frustration. Et un manque de sérotonine vous rend particulièrement agressif.
Bien évidemment (et heureusement), cette petite hormone peut être sécrétée lorsque vous vous collez votre morceau préféré dans les oreilles, que vous croquez dans la pâtisserie de votre grand-mère ou que votre Big Boss vient de vous féliciter pour votre excellent travail.

L’endorphine : berceuse de l’effort

Celle la aussi vous en avez entendu parler, n’est ce pas ?
Les endorphines (ou endomorphines) sont des opioïdes sécrétés par, et dans le cerveau, principalement lors d’activités physique intenses. Pas besoin d’un dessin là non plus. Donc si vous êtes particulièrement excités, ou que vous êtes en plein orgasme, pfuit, en avant l’endorphine dans tout votre système nerveux !
Et vous la sécrétez volontiers lorsque vous faites votre sport, ou lors d’une douleur intense, et là elle aura pour but de calmer immédiatement la douleur (bien que parfois, on a l’impression elle part en vacances…).
Selon les scientifiques, cet espèce d’extase qu’elle procure peut être associé à l’effet d’une drogue. Ce qui explique un petit peu pourquoi on a du mal à se passer de notre séance de sport… ou de sexe !

La dopamine, naturellement merci

Bien qu’elle manque un peu à l’appel dans notre cerveau (présente à 0,3%), la dopamine joue un rôle essentiel dans notre système nerveux. Un peu comme la toute première, c’est un neurotransmetteur qui est à la base du plaisir et du désir. Surtout du désir en fait. Elle est vue comme notre molécule de recherche de récompense. Exemple terre à terre : vous avez travaillé comme un(e) dingue toute la journée, vous sortez tard du boulot, et là, vous avez envie de vous plonger dans les bras de votre cher(e) et tendre. Vous croulerez sous la dopamine, une fois que vous y serez et vous vous sentirez pousser des ailes. En fait, le Redbull est à l’énergie ce que la dopamine est à l’amour.
La dopamine est d’ailleurs à l’origine de certains comportements addictifs, certains considérant par exemple qu’une bouteille de Jack Daniels entière suffira de récompense de fin de journée… Ou il y a ceux qui ont l’air d’avoir perdu leurs parents dans un supermarché, quand ils ont lâché la main de leur amoureux(se).

L’ocytocine attachante

Cette hormone est belle, oui, elle est belle parce qu’elle est le moteur de l’affection. Lorsque vous trainassez dans les bras de votre amant après un épisode passionnément érotique, l’ocytocine, déjà transpirée lors du moment fatidique, traine encore dans les parages et vous fait ressentir toute cette puissante tendresse que vous portez à ses beaux yeux. Un mélange de bien être, d’apaisement, de confiance et d’optimisme qui vous ferait rester une poignée de siècles à papouiller l’élu de votre… cerveau.

Phényléthylamine et drogue passionnelle

Nous y voilà : l’hormone de la passion ! Son petit intitulé étant un peu complexe à bafouiller, on l’appelle la PEA. Et tenez vous bien, ce neurotransmetteur est un… alcaloïde. Pour ceux qui ne connaissent pas, les alcaloïdes sont de puissants sédatifs et hypnotiques. Il y en a par exemple dans les champignons hallucinogènes ou les amphétamines. Et ouais. On dit que l’amour rend aveugle, mais ceci est faux. C’est la PEA qui rend l’amour aveugle !
La PEA, est d’ailleurs un puissant antidépresseur naturel, euphorisant et nécessaire à la libido. Sans lui, la dépression nous guetterait. Au cas où vous ayez la sensation d’en manquer un peu un jour, prenez donc du chocolat noir ! Absolument mesdames, vous avez tout compris depuis longtemps…

Finalement, pourquoi on dessine des cœurs à tout va pour l’amour, alors que tout est une question d’encéphale ?

On tombe amoureux parce que la personne en face, a trouvé le levier de sécrétion des bonnes hormones. Alors, oui, ok, c’est moins glamour hein, mais ça ne change rien à la puissance du ressenti !

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

wpDiscuz