Par

Du barathon au marathon

On vous a fait le point sur le marathon pour vous envoyer dans les starting block. Alors prêts ? Lisez !

Origines du marathon

42.195 kilomètres et pourquoi pas un mètre de plus ?

Remontons jusqu’à l’Antiquité pour expliquer ce fameux chiffre… A la fin de la bataille de Marathon opposant les Perses aux Athéniens, le soldat Phidippidès est missionné pour annoncer au peuple athénien leur victoire.

Cependant, devant l’obligation de remettre ce message le plus vite possible, il n’a qu’une alternative : COURIR… Et pas qu’un peu ! Car les plages de Marathon et le centre d’Athènes sont alors séparés par environ 40 kilomètres. Fort de son succès, ce mythe veut malheureusement qu’après avoir remis ce message, Phidippidès succombe à cette course.

Du barathon au marathonDe 40 à 42.195 kilomètres…

Ce n’est qu’en 1908 que fut instaurée la distance officielle du marathon sous la décision du prince Edouard VII qui fit allonger la course d’environ 2 kilomètres afin que l’arrivée se fasse devant sa loge royale… pas trop exigeant vous me direz ! Alors si vous êtes un(e) adepte du marathon et que ces 2 derniers kilomètres sont ceux qui vous achèvent, vous savez à qui vous en prendre maintenant (dommage qu’il ait passé les 170 ans…).

Anecdotes

Le record du monde

Est actuellement détenu par Dennis Kimetto avec un temps de 2h 02 min et 57 secondes (on ne rigole pas avec la précision). Mais sachez qu’un sportif lambda (avec tout de même quelques mois d’entraînements, histoire de ne pas finir comme Phidippidès hein…) mettra entre 3H30 à 4H00 pour finir le marathon.

Sunita Williams, la première marathonienne de l’espace.

Dotée d’un tapis roulant et d’un dossard numéro 14 000 (en clin d’œil à la mission 14 de l’ISS à laquelle l’astronaute participait), elle a décidé de faire partie du marathon de Boston en 2007. Bien qu’elle était à plus de 300 km au-dessus de la surface terrestre, elle a ainsi pu soutenir sa sœur qui y participait… Une performance touchante et hors du commun !

Le pont Jiaozhou Bay (bonne chance pour la prononciation) ou le pont le plus grand du monde.

Sa longueur est marathonienne puisqu’il est élancé sur 42 kilomètres. De plus, ce pont chinois a été conçu pour résister aux catastrophes naturelles comme les typhons ou tremblements de terre. Alors pourquoi ne pas organiser une course insolite à cet endroit ?

Du barathon au marathon

Bien s’alimenter

3000 kcal voilà tout ce qu’on brûle en faisant un marathon.

Si ça ne vous parle pas vraiment, sachez que les apports recommandés pour un homme lambda sont de 2800 Kcal/jr… Il faut donc bien adapter son alimentation pour franchir le fameux « mur » tant redouté par les marathoniens. Ce phénomène arrivant généralement vers les 30 km correspond à l’épuisement des réserves de glycogènes musculaire. Autrement dit, c’est la panne de carburant et donc l’interruption de votre course… Pour l’éviter, il faut bien se préparer « alimentairement » parlant !

Voici donc une journée alimentaire type pour les sports d’endurance :

petit-déjeuner : un café sucré, deux tartines beurrées avec de la confiture, un laitage sucré, un jus de fruit

déjeuner : une salade de crudités, une tranche de viande maigre (filet de veau, blancs de poulets) avec des spaghettis, un bon morceau de pain avec du fromage, un fruit (accompagné de glace pour les plus gourmands)

goûter : du pain, quelques carrés de chocolat noir, un jus de fruits, un yaourt, une salade de fruits sucrée

dîner : une salade de pommes de terre, œufs durs, gruyère avec du pain, une petite crème dessert et une compote.

Avant l’effort, il faut donc privilégier les féculents en évitant les aliments riches en matières grasses (ralentissant la digestion et fatiguant nos organes) sans abuser de crudités car leur teneur en fibres pourrait irriter votre estomac et provoquer quelques inconforts.

Après l’effort, pensez également à augmenter vos apports glucidiques (baguette, féculents…) en privilégiant des aliments à index glycémiques bas pour qu’ils diffusent lentement dans votre corps afin de reconstituer vos réserves énergétiques musculaires. Du barathon au marathon

Il faut évidemment vous réhydrater car, bien que votre boisson énergétique vous ait soutenu pendant votre effort, le marathon est gourmand en eau et minéraux. Buvez donc sans modération en privilégiant des eaux richement minéralisées ou gazeuses qui sont bonnes pour la récupération.

Bien s’équiper

Car si l’alimentation et les entraînements sont importants, un bon équipement est sûrement primordial.

Courir avec de mauvaises chaussures peut vous coûter un record du monde

Testé et non approuvé par le coureur Eliud Kipchoge qui s’est vu perdre les semelles de ses chaussures dès les premiers 100 mètres… Pas vraiment de quoi prendre son pied vous me direz ! Heureusement, ses chaussettes étant de bonnes qualités, il a quand même réussi à s’imposer au marathon de Berlin 2015 avec un temps de 2h04, de quoi lui tirer notre (chaussure ?) chapeau non ?

Du barathon au marathon

Bon à savoir : il est conseillé de changer de chaussure de running tous les 600 à 1000 km en moyenne soit tous les 6 à 8 mois.

Le marathon, pour la bonne cause

Plus qu’un simple évènement sportif, le marathon permet de financer des associations comme celles pour les familles et communautés en difficultés, mais également des hôpitaux pour enfants.

Alors maintenant que vous êtes au point, qu’est-ce que vous attendez pour vous inscrire pour le marathon de Paris ?

PS: Si vous avez envie d’un résumé de cet article, voici une fiche Zalando très bien conçue qui peut faire guise de joli papier peint !

Article sponsorisé

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

wpDiscuz