Par

Amour d’été, amour léger

Pourquoi tombe-t-on si facilement sous le charme en été ? Pourquoi est-ce donc si éphémère ? Et puis pourquoi ça pique autant de se remettre de ce genre d’histoire ? Toutes ces petites questions auxquelles Run2meet va tenter de trouver réponse aujourd’hui.

S’il existe une chose de sûre sur cette planète, aujourd‘hui même, c’est que nous avons tous vécu des histoires d’amour estivales. Et oui, oui, que ce soit à 4 ans en brassard avec le petit Nicolas ou la mignonne Lucie, ou bien à 15 ans avec ce dieu vivant de Sammy ou la merveilleuse Laetitia… Bref, on ne va pas passer par tous les âges pour assurer que cette théorie est vraie.

Eté et liberté

Il est vrai que cela peut paraître basique de dire la chose ainsi, mais qui dit été dit vacances, dit détente, dit « on fait bien tout qu’est ce qu’on veut qu’on s’en fout ». Du coup, lorsqu’on part en vacances, on laisse (presque) tous ses soucis à la maison, et on part les bagages vides (ceci est une métaphore).
Alors, forcément, quand on est détente, on se lâche un peu et on fait ce qu’on ne ferait pas habituellement. On ne parle pas du buffet à volonté ou des courses en Ski nautique en tenue de ver, mais plutôt de rencontres.
L’amourette de vacances peut aller d’un seul et joli baiser échangé lors d’une fête au bord de la plage, à la relation de plusieurs jours plein de passion et d’amour et de papillons et de meringues et… voilà. Elle peut malheureusement devenir extra-conjugale, cette aventure, dans le cas où le couple battrait de l’aile et que chouchou et loulou ne partiraient pas en vacances ensemble. Mais ça, c’est encore une autre histoire…
Partir en vacances c’est partir libre d’un tas de choses et nous entraîner à lâcher quelques-une de nos barricades pour s’engouffrer dans un autre soi, plus frais, jovial et je m’en foutiste. Plus aisé à la rencontre donc, n’est-il pas ?

« L’été s’ra chaud »

Bref, la chaleur de l’été mixée aux vacances et aux apéros longue durée, pas besoin de vous faire un dessin. On se lâche un peu et comme on se fout complètement de ce qu’il va arriver puisqu’on se sent dans la peau de Bruce Tout Puissant ou Jean Claude Van Damme (oui, ça marche aussi). Alors on fonce droit vers des personnes sans se soucier de ce qu’il adviendra par la suite, car « on verra après, pas de prise de tête ». On s’attend d’abord à juste flirter, puis on se rend compte que finalement, ce baiser a carrément trop de classe, que la personne qu’on a dans les bras, est une dinguerie sur jambes et qu’on passerait bien le reste de sa vie là, comme ça, sans boire, ni manger, ni rien d’ailleurs. Et c’est vrai qu’on s’est dirigé vers cette belle chose sans penser à demain, et le piège est là, oui là, juste ici ! BIM, effet platane en plein arête nasale.

Divine idylle et illusion chimérique

On s’engouffre alors dans une relation dont on connaît pertinemment la fin, un peu comme l’a dit un jour Frédéric Beigbeder « L’amour est une catastrophe magnifique : savoir que l’on fonce dans un mur, et accélérer quand même ». Heureusement pour notre bonne âme, ce n’est pas le cas à chaque fois, surtout pendant les amours de vacances dirons-nous. On est là, petite personne de l’hexagone à craquer éperdument pour cette blondeur australienne. Et c’est vrai que là, à l’instant T, on a l’air de fous amoureux l’un de l’autre, à ne plus se lâcher la main (ou autre chose). Mais c’est ce qu’on appelle l’euphorie, et elle existe souvent dans ce genre de moments éphémères et remplis de bien-être. La jauge de vie gonflée à bloc, rien ne peut nous arriver, encore moins s’il/elle est là. Et pourtant, dans 2 jours, notre coup de cœur s’en retournera dans son lointain pays, on en bavera pour dire au revoir et notre vie reprendra son cours, la parenthèse prendra fin.
Et quand bien même on se dit qu’on se reverra, soit on ne le fait jamais (simplissime), soit la retrouvaille est fort décevante : la personne que notre cœur a tant convoitée est devenue moins joyeuse, ses cheveux sont plus raides, et puis il y a un truc qui cloche dans sa dentition non ?
Ce n’est pas l’être exceptionnel dont vous vous souvenez, parce que c’est le cadre qui l’était, tout simplement.

Inutile d’oublier, seul le bon subsiste

Ca risque de faire mal, en effet, de tenter d’oublier cette personne ou plutôt ce que vous avez vécu. Et pourtant, si vous replacez les choses dans leur contexte, vous verrez que ce n’est pas réellement à la personne à laquelle vous vous êtes accrochée, mais bel et bien à ce moment et ces échanges et ces fous rires interminables : un contexte.
Pour passer à autre chose, l’idéal est donc de ne garder que le bon, sans se forcer à oublier, juste y repenser pour vous apporter un peu de douceur, jusqu’à ce que l’amour de vos rêves se présente à vous.

Et pourquoi pas ?

Au risque d’en décevoir certains et au plaisir d’en enchanter d’autres, il existe des amours d’été qui ont duré. Car dans le cas où vous n’êtes pas tombé dans les bras d’un(e) australien(ne), votre amoureux(se) de vacances peut habiter à quelques centaines de kilomètres de votre bel appartement, voire moins encore.
Alors, dans le cadre d’une revoyure qui s’est assez bien déroulée, pourquoi ne pas essayer de construire une vraie relation, un truc qui dure dans le temps et déglinguer les clichés d’amourettes d’été pour finir par faire des bébés ? Parce que si, selon vous et votre cœur, cette personne en vaut véritablement la peine, il suffit de prendre ses tripes et de foncer sans se poser de grosses questions. On ne sait jamais ce qu’il peut arriver, mais ce dont on est sûr, c’est qu’on a une chance sur deux pour que ça marche grandement bien. Mais, n’est ce pas déjà le cas pour n’importe quelle relation… ? Mmmmh ?
Alors on remonte ses manches, et, dans la mesure de tout ce qui est possible, on va vivre ce qu’on a à vivre bon sang !

Alors, chers célibataires, partez donc en vacances le cœur léger, et considérez qu’il ne repartira que plus léger, seule votre tête sera remplie de belles images et de chouettes moments. Est-ce que les vacances ne sont pas faites pour ça finalement… ?

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

wpDiscuz